Edgar Morin. La méthode. I. La nature de la nature. Editions du Seuil. 1977

"Nous nous heurtons donc, après ce premier tour de piste, à un triple mur: le mur encyclopédique, le mur épistémologique, le mur logique. En ces termes, la mission que j'ai cru devoir m'assigner est impossible. Il faut y renoncer.

L'école du Deuil

C'est précisément ce renoncement que nous enseigne l'Université. L'école de la Recherche est une école du Deuil.
Tout néophyte entrant dans la Recherche se voit imposer le renoncement majeur à la connaissance. On le convainc que l'époque des Pic de la Mirandole est révolue depuis trois siècles, qu'il est désormais impossible de se constituer une vision et de l'homme et du monde.
On lui démontre que l'accroissement informationnel et l'hétérogénéisation du savoir dépassent tout possibilité d'engrammation et de traitement par le cerveau humain. On lui assure qu'il faut non le déplorer, mais s'en féliciter. Il devra donc consacrer toute son intelligence à accroître ce savoir-là. On l'intégre dans une équipe spécialisée, et dans cette expression c'est "spécialisé" et non "équipe" qui est le terme fort.
Désormais spécialiste, le chercheur se voit offrir la possession exclusive d'un fragment du puzzle dont la vision globale doit échapper à tous et à chacun. Le voilà devenu un vrai chercheur scientifique, qui oeuvre en fonction de cette idée motrice: le savoir est produit non pour être articulé et pensé, mais pour être capitalisé et utilisé de façon anonyme."

 

Voir aussi le débat entre Edgar Morin et Regis Debray sur "La Croyance politique", 16/02/16 ici